D'accord, pas d'accord, dites-le nous !

Los Hermanos (Les frères)

J’ai tant de frères,

Que je ne peux les compter,
Dans la vallée, la montagne,
Sur la plaine et sur les mers.


Chacun avec ses peines,
Avec ses rêves chacun,
Avec l’espoir devant,
Avec derrière les souvenirs.


J’ai tant de frères,
Que je ne peux les compter.


Des mains chaleureuses,
De leur amitié,
Avec une prière pour prier,
Et une complainte pour pleurer.


Avec un horizon ouvert,
Qui toujours est plus loin,
Et cette force pour le chercher
Avec obstination et volonté.


Quand il semble au plus près
C’est alors qu’il s’éloigne le plus.
J’ai tant de frères,
Que je ne peux les compter.


Et ainsi nous allons toujours
Marqués de solitude,
Nous nous perdons par le monde,
Nous nous retrouvons toujours.


Et ainsi nous nous reconnaissons
Le même regard lointain,
Et les refrains que nous mordons,
Semences d’immensité.


Et ainsi nous allons toujours,
Marqués de solitude,
Et en nous nous portons nos morts
Pour que personne ne reste en arrière.


J’ai tant de frères,
Que je ne peux les compter,
Et une fiancée très belle
Qui s’appelle liberté.

 

Atahualpa Yupanki

 

 

LOS HERMANOS/ LES FRÈRES

 

Yo tengo tantos hermanos
Que no los puedo contar
En el valle, la montaña
En la pampa y en el mar

 Cada cual con sus trabajos

Con sus sueños, cada cual
Con la esperanza adelante
Con los recuerdos detrás

 

Yo tengo tantos hermanos
Que no los puedo contar

 Gente de mano caliente

Por eso de la amistad
Con uno lloro, pa llorarlo
Con un rezo pa rezar
Con un horizonte abierto


Que siempre está más allá
Y esa fuerza pa buscarlo
Con tesón y voluntad

Cuando parece más cerca

Es cuando se aleja más
Yo tengo tantos hermanos
Que no los puedo contar

 Y así seguimos andando

Curtidos de soledad
Nos perdemos por el mundo
Nos volvemos a encontrar

 

Y así nos reconocemos
Por el lejano mirar
Por la copla que mordemos
Semilla de inmensidad

 

Y así, seguimos andando
Curtidos de soledad
Y en nosotros nuestros muertos
Pa que nadie quede atrás

 Yo tengo tantos hermanos

Que no los puedo contar
Y una hermana muy hermosa
Que se llama ¡libertad!

  

Auteur et compositeur : Atahualpa Yupanki
Interprètes : Bïa et Lhasa de Sela
Traduction française : Jean-Yves Sarrat
Extrait du lancement de l’album Nocturno (Mars 2008)

 

Écrire un nouveau commentaire: (Cliquez ici)

123siteweb.fr
Caractères restants : 160
OK Envoi...
Voir tous les commentaires

Commentaires

23.04 | 14:58

Je vois que les conditions de travail se dégradent partout. Et le tourisme, les artistes, etc... La pandémie a fermé la bouche aux gilets jaunes... qui avai

...
16.04 | 16:27

Merci, Mireille : quel plaisir de recueillir une réaction à la lecture du site.

...
13.04 | 19:35

Magnifique méditation avec Marie, Art Symbole Musique.
C'est une mine!

...
27.02 | 10:56

Merci de votre remarque sur notre manque de vigilance : nous allons faire le nécessaire à l'avenir.

...
Vous aimez cette page