D'accord, pas d'accord, dites-le nous !

Méditation

Dimanche 22 octobre

Isaïe 53,10-11 Psaume 32     Lettre aux Hébreux 4,14-16
Marc 10,35-45

« La coupe que je vais boire,  vous la boirez et le baptême dont je vais être baptisé,
vous en serez baptisé »
répond Jésus à Jacques et à Jean, les fils de Zébédée.

Dans les faits cela fut vrai en partie.
Si les Actes (12,2) nous disent que Jacques subit le martyre,
on apprend par Irénée que Jean vivait encore à Éphèse, au temps de Trajan.

Mais une chose paraît assurée : martyre ou pas, bon nombre de paroles de Jésus
et d’autres textes semblent dire que le Royaume de Dieu vient dans la souffrance,
et ce qui est vrai pour Jésus l’est aussi pour les siens.

Toute la question de la foi est donc la vie de foi dans l’épreuve,
peirasmos
disent en grec les textes.  
Jésus répond de deux manières :
d’abord par la vigilance dans le danger,
ensuite par la prière  pour ne pas succomber à la tentation.
Le danger,  ce sont les faux prophètes et la tentation.
La tentation c’est le reniement.

En quoi consiste la vigilance du disciple du Christ ?
À discerner qui sont les faux prophètes… c’est possible.
Mais dans ce monde pluriel, excepté les évidences,
la chose n’est pas simple.

En outre, ce qui est faux prophète pour l’un sera oracle de vérité pour l’autre.

Jésus a laissé à ses disciples un autre type de vigilance :
celle contenue par  quelques lois vitales du Royaume de Dieu.
En vérité il n’y en a qu’une, c’est l’amour.
Mais c’est l’amour en actes : aptitudes à donner, service d’autrui, charité de toute sorte ;
mais surtout le pardon  et une manière d’aimer qui est absence de limites,
sans exclusion de personne, de rang social, de race et s’étendant même aux  ennemis ».

Il faut bien voir que cette loi d’amour ainsi étendue est absolument unique
dans toute l’histoire de toutes les religions.  
Aussi, Jean a-t-il raison de dire que c’est là un « commandement nouveau ».
Même chez les Esséniens, les plus proches de Jésus en  sincérité religieuse,
on considérait la haine  à l’égard des pécheurs comme un devoir de piété.

C’est que cette loi d’amour repose  sur motivation autre  que la contrainte
et l’interdit qui sont celles de toute loi :
la reconnaissance de la grâce du Père en Jésus.

La tentation n’est pas ailleurs que dans le doute sur cet amour.
Et c’est de là que je peux prier,
parce que le doute qui initialise tout désespoir est toujours niché
dans les replis de ma conscience autant que dans  les motivations des hommes.

Il est vrai que le Royaume de Dieu advient  dans la souffrance
parce que vivre  cette loi d’amour et cette prière avec un peu d’authenticité

n’est jamais facile,
parce que la souffrance  fait partie du vivant
et quiconque fait miroiter du vivant sans souffrance est un menteur.

En ce point précis, la voie est étroite disent les psychanalystes
avec les évangiles et les spirituels.
Ils disent aussi, les uns et les autres,  que ce qui se noue là
est la vie elle-même comme gaîté possible

parce qu’un autre a traversé la souffrance,
rendant possible avec lui de la traverser à son tour :
« Je suis la Voie » (Jean 14,6).             

  Angelo Gianfrancesco

Écrire un nouveau commentaire: (Cliquez ici)

123siteweb.fr
Caractères restants : 160
OK Envoi...
Voir tous les commentaires

Commentaires

19.04 | 09:47

Bonne idée, Monique. On va tâcher de le faire vite ! Martine

...
08.04 | 23:36

Très très esthétique et attirant.
Que le créateur puisse y ajouter quelques vues sur la journée de février, Pâques à Orgon serait un summum...

...
08.04 | 23:29

oh trop chouette zozios.
Merci pour la qualité de la page d'accueil
je crois que la transhumance sur Orgon va nous ressourcer

...
01.01 | 11:33

2016 La pastorale en rural tient tant au coeur du diocèse que Transhumances se voit contraint de "transhumer" en mendiant un toit de paroisse en paroisse.Merci.

...
Vous aimez cette page