D'accord, pas d'accord, dites-le nous !

Méditation Evangile dimanches 5 et 12 août

Jean 6,24-51

Le Pain de vie

Le chapitre 6 de Jean où se trouvent les extraits de ces dimanches,
forme un tout thématique sur la notion de Jésus comme Pain de Vie,
une des notions clés de Jean.

Pour bien voir la portée de cet extrait, on peut lire tout le chapitre
et voir la progression de la pensée de l’évangéliste.

Dans une première partie, jusqu’au verset 40, la nourriture de vie éternelle
se développe en référence à la manne que l’Ancien Testament
désigne comme le pain venu du ciel.
Pour les juifs, le don de la manne était le signe de leur espérance eschatologique,
l’attente de la venue du Messie.
D’où la demande de signe à Jésus :
« quel signe fais-tu donc pour que nous te croyions ? ».
Jésus répond que la manne du désert, certes venait du ciel,
mais n’est pas le pain céleste authentique.
Celui-ci est donné seulement par « celui qui descend du ciel ».
D’où la réplique des juifs : « donne-nous toujours de ce pain là »
qui n’est pas sans évoquer le « donne moi toujours de cette eau là » de la samaritaine.

Mais le Pain, comme la manne, dans les mentalités rabbiniques du temps de Jésus,
c’était aussi bien la Torah que la Sagesse incarnée de Philon d’Alexandrie.
Jésus s’efforce de conduire ceux qui l’écoutent plus loin,
comme pour la samaritaine ou Nicodème.
C’est alors que prend sens l’évangile de ce jour.

Jésus y dit trois choses.
La première, c’est que la volonté de Dieu à laquelle Jésus obéit est de se « donner à voir ».
Par cette volonté, celui qui voit le Christ voit Dieu :
« certes, personne n’a jamais vu le Père, sinon celui qui vient de Dieu ».
D’où la réaction des Juifs qui rapetissent Jésus à la génération, il est le fils de Joseph.


La deuxième, c’est que voir  Dieu en Jésus c’est vivre et posséder,
ici et maintenant, la vie éternelle.


La troisième  c’est que celui qui mange le pain vivant venu du ciel ne mourra pas.

Le contraste est désormais clair : la manne qu’a mangée le peuple au désert
n’est pas nourriture d’éternité car ceux qui l’ont mangé sont morts.
Mais ceux qui mangent le Pain qu’est le Christ ne meurent jamais.
Se confond alors, en un même acte, vision et consommation
de Dieu en Christ et vie éternelle.

Dieu se donne à voir comme vie, puissance de vie, énergie de vie.
L’énergie « attire » au même temps qu’elle atteint, un physicien le comprend très bien.

J’ai toujours pensé que le désir de vivre,  le simple désir de vivre qui n’est pas si simple,
est un don du Seigneur,
celui qui commande tous les autres.

Qu’en ai-je fait ?

Cela peut devenir prière et se muer en demande, avec Ignace,
« d’une plus grande connaissance intérieure du Seigneur
qui pour nous s’est fait homme  afin de mieux l’aimer et le suivre 
»

(Exercices spirituels n° 104)
ou Augustin :
« Ton désir est ta prière et si ton désir est continu, continue est ta prière »

Angelo Gianfrancesco

Écrire un nouveau commentaire: (Cliquez ici)

123siteweb.fr
Caractères restants : 160
OK Envoi...
Voir tous les commentaires

Commentaires

19.04 | 09:47

Bonne idée, Monique. On va tâcher de le faire vite ! Martine

...
08.04 | 23:36

Très très esthétique et attirant.
Que le créateur puisse y ajouter quelques vues sur la journée de février, Pâques à Orgon serait un summum...

...
08.04 | 23:29

oh trop chouette zozios.
Merci pour la qualité de la page d'accueil
je crois que la transhumance sur Orgon va nous ressourcer

...
01.01 | 11:33

2016 La pastorale en rural tient tant au coeur du diocèse que Transhumances se voit contraint de "transhumer" en mendiant un toit de paroisse en paroisse.Merci.

...
Vous aimez cette page