D'accord, pas d'accord, dites-le nous !

"Tout ce qu'on est vient des autres"

DISPARITION : Brigitte EngererThierry Hilleriteau - publié le 25/06/2012

A 59 ans, la pianiste Brigitte Engerer a succombé, le 23 juin, à un cancer. La France perd l'une de ses meilleures musiciennes, mais aussi une femme généreuse qui n'avait de cesse d'aider les jeunes artistes à émerger. Il y a trois ans, La Vie l'avait rencontrée.

Brigitte Engerer, en janvier 2009 © Patrick Messina / Agence Vu pour La Vie

Brigitte Engerer, en janvier 2009 © Patrick Messina / Agence Vu pour La Vie

 

"Tout ce que nous sommes et tout ce que nous pouvons donner, en tant qu'artistes et en tant qu'hommes, vient des autres : de nos rencontres, des émotions que nous partageons. Nous sommes tous en un sens des cailloux battus par les mers." Cette profession de foi, Brigitte Engerer l'avait faite pour nous en janvier 2009, à la veille de l'ouverture de la Folle Journée de Nantes dans laquelle elle devait prendre une place active. Depuis, cette magnifique interprète connue pour son énergie et son formidable appétit de vivre, n'avait cessé, malgré la maladie, de se produire sur les plus grandes scènes du monde. Il y a quelques jours encore, le 12 juin, elle a joué, au Théâtre des Champs Elysées, le Concerto pour piano de Schumann et en bis le mouvement lent du Concerto n°2 de Chopin. En hommage à cette grande dame du piano, souvent à fleur de peau, nous republions un portrait paru dans La Vie en janvier 2009 :

La gamme de cœur

La pianiste française est adulée dans notre pays et à l'étranger, mais a su garder l'humilité de ses débuts. Elle est reconnue autant pour son talent que pour sa générosité et son goût des autres, n'hésitant pas à se produire aux côtés de pianistes plus jeunes, tels que Boris Berezovsky, son « frère d'âme ».

Elle essuie ses yeux, s'excuse, et sourit : « Ce doit être la fatigue. Tout de même, cet andante du Quatrième Concerto pour piano de Beethoven, chaque fois que j'y songe, j'en ai les larmes aux yeux. Il y a là une telle piété. C'est toute la solitude de l'homme face à l'absolu et à l'idée de Dieu qui s'exprime tout à coup, ça me bouleverse. » Elle est comme ça, Brigitte Engerer: entière, généreuse. Dans la joie comme dans les pleurs. Autant sur scène devant son piano que dans la vie, attablée à la terrasse d'un café en plein hiver.

Peut-être est-ce là toute l'essence de l'interprète qui se donne : l'artiste toujours capable, après quarante années d'une carrière internationale bien remplie, de verser des larmes à la seule évocation d'une mélodie.
Cette sensibilité à fleur de peau est probablement ce qui définit le mieux cette interprète complète, dévoreuse de sons et de musique depuis toujours, attirée par l'introversion du récital autant que par le brillant exalté duCinquième Concerto de Saint-Saëns, qu'elle vient d'enregistrer avec l'Ensemble orchestral de Paris. « Une œuvre qui me rappelle mon enfance, avec ses sonorités arabo-andalouses. »

Retour cinquante ans en arrière, au temps où Brigitte, à Tunis, promenait du haut de ses 3 ans un clavier électronique dans la salle de bains, pour l'entendre sonner différemment. Déjà la fascination du son. Un an plus tard, ses parents lui donnent la possibilité de l'explorer sur un vrai piano. Suivront Paris, le Conservatoire, la valse classique des concours internationaux et un départ pour Moscou, afin d'y étudier avec un maître, Stanislav Neuhaus. Mais, à l'entendre parler de son instrument, on devine que Brigitte Engerer est restée face à son clavier la petite fille émerveillée. « Avoir un instrument au spectre aussi large, capable d'imiter n'importe quel son, humain ou musical, c'est une chance folle ! Face à une telle richesse, vous n'avez pas le droit de voir la musique en noir et blanc. Il faut sans cesse écouter, partager, nourrir son imaginaire d'autres sonorités, se nourrir soi-même du travail avec les autres. »

Un sens du partage qui est devenu au fil du temps son pain quotidien, l'air qu'elle respire, sans lequel elle ne saurait vivre. « Parce que tout ce qu'on est vient des autres. Je n'accepte pas la non-humilité chez un artiste. » Elle a fondé, il y a quatre ans, son festival de piano, à Beauvais. Pour échanger sur scène avec ses amis pianistes et donner leur chance aux plus jeunes musiciens : « Tous ceux que j'ai envie d'entendre en concert et de faire entendre. » Elle donne des cours chaque lundi au Conservatoire de Paris : « Mon rendez-vous le plus important de la semaine. Le jour où je reçois autant que je donne : leur affection, leur admiration, leur contestation aussi. »

C'est encore le partage qui la pousse à aller au-devant des malades ou des plus démunis. Elle va jouer, plusieurs fois par an, à l'hôpital Pompidou ou à l'Institut Curie. Une habitude prise avant d'être elle-même atteinte d'un cancer, contre lequel elle s'est battue ces dernières années. « La première fois, c'était dans une maison pour personnes âgées. Cela m'avait bouleversée de lire la solitude sur leur visage. J'enrage quand je pense à tous les étudiants qu'on a dans les conservatoires et au peu de choses qui sont faites dans les hôpitaux ou les prisons. On pourrait faire tellement plus ! ».

 

Écrire un nouveau commentaire: (Cliquez ici)

123siteweb.fr
Caractères restants : 160
OK Envoi...
Voir tous les commentaires

Commentaires

11.12 | 13:18

OUI… 100% d'accord ! je l'ai déjà lu, il circule bien sur internet ce petit billet jaune...

...
17.09 | 09:10

la réponse m'arrive aujourd'hui… Je connais toutes ces filles… et son garçon. Je ne savais pas laquelle était malade… merci. Je pense qu'elle est en bonne voie

...
17.09 | 08:56

Caroline.

...
13.07 | 10:38

quelle est le prénom de la fille de Monique ?e lire les dernières nouvelles ! garder le moral, c'est la moitié de la guérison. facile à dire pas à faire

...
Vous aimez cette page