D'accord, pas d'accord, dites-le nous !

"Le noir !

L’écrivain espagnole Rosa Montero a publié une anecdote fraîche et émouvante sur la cohabitation entre étrangers et nationaux d’un pays. L’article appelé “le noir” a bouleversé la population émigrante de l’Espagne.

L’histoire d’à peine trois paragraphes est devenue l’article le plus lu du journal espagnol “El Pais”, dans son édition online. Ce sont des lignes émouvantes sur l’émigration, un des sujets les plus délicats et qui provoque  le plus d’inquiétude entre les européens. L’anecdote que raconte Rosa Montero est un des sujets les plus commentés dans les réseaux sociaux. Il est considéré par l’écrivain Paulo Coelho comme une « lecture obligatoire ».


“Le noir”

Nous voici dans un restaurant universitaire en Allemagne. Une étudiante blonde et allemande se sert, pose son plateau et s’assied à une table. Elle se rend compte alors qu’elle a oublié de prendre des couverts et se relève pour les chercher.

En revenant, elle découvre avec stupeur qu’un garçon noir, probablement d’Afrique sud-saharienne, vu son allure, s’est assis à sa place et qu’il mange son repas.

Au début, la fille se sent déconcertée et blessée; mais rapidement elle corrige ses pensées et suppose que l’africain n’est pas habitué au sens de la propriété privé et de l’intimité de l’européen, ou qu’il n’a même pas assez d’argent pour se payer à manger, bien que le repas universitaire ne soit pas cher par rapport au niveau standard élevé de nos pays riches.

La fille décide donc de s’asseoir en face de lui et de lui sourire amicalement.
L’africain y répond avec un large sourire. Juste après, l’allemande commence à manger dans le plateau, en essayant de faire comme si de rien n’était et en le partageant avec une exquise générosité et courtoisie envers le garçon noir.

C’est ainsi que, lui, mange la salade, elle, finit la soupe; ils piquent ensemble dans la même assiette de viande en sauce et la finissent; l’un arrive au bout du yaourt et l’autre du fruit.

Et tout ça est garni de nombreux sourires de bonne éducation, sourires timides de la part du garçon, sourires doux, encourageants et compréhensifs  de la part de la fille.

out-of-time-2003-12-g.jpg

Le déjeuner fini, l’allemande se lève pour prendre un café.

Elle découvre alors, sur la table voisine, derrière elle, son manteau posé sur le dossier d’une chaise et un plateau de déjeuner intact.


 Je dédie cette délicieuse histoire, qui de plus est authentique, à tous ces espagnols (européens ?) qui, dans le fond, se méfient des immigrants et les considèrent comme des individus inférieurs.

À toutes ces personnes qui, même bien intentionnées, les observent avec condescendance et paternalisme.

Il vaudrait mieux que nous nous libérions des préjugés ou nous courrons le risque d’être aussi ridicule que cette pauvre allemande qui croyait être le comble de la civilisation, alors que l’africain, lui, immensément bien élevé, la laissait manger dans son assiette en pensant peut-être: “ils sont complètement fous, ces européens!”.
 

Écrire un nouveau commentaire: (Cliquez ici)

123siteweb.fr
Caractères restants : 160
OK Envoi...
Voir tous les commentaires

Commentaires

17.09 | 09:10

la réponse m'arrive aujourd'hui… Je connais toutes ces filles… et son garçon. Je ne savais pas laquelle était malade… merci. Je pense qu'elle est en bonne voie

...
17.09 | 08:56

Caroline.

...
13.07 | 10:38

quelle est le prénom de la fille de Monique ?e lire les dernières nouvelles ! garder le moral, c'est la moitié de la guérison. facile à dire pas à faire

...
18.06 | 13:58

Merci, Marie-Thérèse.
Compte-rendu de l' A.G. prochainement ici.

...
Vous aimez cette page