D'accord, pas d'accord, dites-le nous !

Quel monde pour nos enfants ?

Tribune libre.

Certains qualifient cette nouvelle année 2012 d’incertaine !

 Faut-il les croire ?

  Quand les associations du secteur social sont confrontées

 à une réglementation de plus en plus contraignante,

  • à des redéfinitions drastiques et non concertées de leur rôle par les institutions publiques,
  • à la division de facto par trois des crédits votés pour elles,
  •  à l’augmentation de la dérégulation,
  •  à une activité par contre très encadrée,
  •  à des difficultés de recrutement de bénévoles,
  •  à une augmentation des contentieux et des cas dans lesquels la responsabilité de l’association est engagée
  •  au devoir de repenser leurs fonctionnements (même si ce n’est pas un mal !) en enfermant les solidarités dans un carcan administratif

 

  •  Où est l’incertitude ?

 Quand on vit dans une société (sans projet et qui ne le reconnaît pas)

 où l’impossibilité d’accéder à des ressources et à des droits divers (travail, logement, éducation, santé) permettant de vivre dignement, est devenue banale

  • où se fait jour un droit pour les pauvres et un droit pour les autres
  •  où il ne s’agit plus d’inégalités sociales « acceptables », mais où l’extrême pauvreté progresse comme le nombre des nantis dont certains voudraient transformer les victimes en coupables pour faire oublier leurs propres responsabilités
  •  où on gère maintenant la pauvreté au lieu de l’éradiquer
  •  où la solidarité n’est plus du rôle de l’Etat, mais est bradée au privé prestataire de service avec l’idée que chacun n’a qu’à se débrouiller et qu’après tout, l’inégalité, c’est naturel
  •  où l’emploi n’est plus une garantie contre la pauvreté
  •  où la protection des personnes reste principalement attachée au statut de salarié
  •  où la distribution alimentaire a augmenté de 30% en 2004
  •  où 1 million d’enfants pauvres vivent dans des familles pauvres sans que le sujet ne soit même abordé par la « conférence de la famille » 2005.
  •  où les politiques conduites aboutissent à faire peser sur chacun des plus faibles le poids d’une conjoncture néfaste et renvoient dans le non droit une partie de plus en plus importante de la population
  •  Où est l’incertitude ?

 Quand un ministre de l’intérieur peut, en ne provoquant quasiment aucune réaction, demander aux préfets de « résister aux pressions de tels ou tels collectifs associatifs ou coordinations qui ne représentent qu’eux-mêmes »

    

Où est l’incertitude ?

  Y a-t-il seulement à considérer que le contexte des politiques publiques est « incertain » ? A dire qu’il faut observer les réalités… ?

 Ou à dire que cette situation est certainement inacceptable et qu’il est temps de promouvoir la force du collectif et de la fraternité (notamment interassociative).

 A témoigner de l’existence d’initiatives de proximité, d’entraides, à appeler les associations à se mobiliser et à rassembler pour créer un plus vaste mouvement de soutien et de solidarité, notamment au sein de nos Fédérations.

 A dire aussi que si le « libéralisme dominant » désigne bien le capitalisme financier essayant de conquérir le monde en s’en prenant partout aux biens et services publics, aux fonctions collectives et maintenant à la plupart des financements associatifs et en transformant tout en marchandises, alors il n’est pas incertain qu’il soit compatible avec des valeurs de développement durable à long terme, avec les biens publics, avec l’intérêt général et la solidarité.

 Il est plutôt certain qu’il ne l’est pas !

  Et si l’avenir n’est pas incertain, il faut, avec vous et pour vous, formuler le vœu, même utopiste, que cette « nouvelle année » soit prélude à des changements et que des espérances d’amélioration, soient perspectives d’un monde meilleur où il fasse bon vivre pour enfants et familles.

 Qu’une meilleure année nous conduise à une société nouvelle et à « une soif d’absolu que ne saurait étancher le consumérisme moderne ».

 Libre propos.

 

 

Écrire un nouveau commentaire: (Cliquez ici)

123siteweb.fr
Caractères restants : 160
OK Envoi...
Voir tous les commentaires

Commentaires

17.09 | 09:10

la réponse m'arrive aujourd'hui… Je connais toutes ces filles… et son garçon. Je ne savais pas laquelle était malade… merci. Je pense qu'elle est en bonne voie

...
17.09 | 08:56

Caroline.

...
13.07 | 10:38

quelle est le prénom de la fille de Monique ?e lire les dernières nouvelles ! garder le moral, c'est la moitié de la guérison. facile à dire pas à faire

...
18.06 | 13:58

Merci, Marie-Thérèse.
Compte-rendu de l' A.G. prochainement ici.

...
Vous aimez cette page