D'accord, pas d'accord, dites-le nous !

Quel monde pour nos enfants ?

Tribune libre.

Certains qualifient cette nouvelle année 2012 d’incertaine !

 Faut-il les croire ?

  Quand les associations du secteur social sont confrontées

 à une réglementation de plus en plus contraignante,

  • à des redéfinitions drastiques et non concertées de leur rôle par les institutions publiques,
  • à la division de facto par trois des crédits votés pour elles,
  •  à l’augmentation de la dérégulation,
  •  à une activité par contre très encadrée,
  •  à des difficultés de recrutement de bénévoles,
  •  à une augmentation des contentieux et des cas dans lesquels la responsabilité de l’association est engagée
  •  au devoir de repenser leurs fonctionnements (même si ce n’est pas un mal !) en enfermant les solidarités dans un carcan administratif

 

  •  Où est l’incertitude ?

 Quand on vit dans une société (sans projet et qui ne le reconnaît pas)

 où l’impossibilité d’accéder à des ressources et à des droits divers (travail, logement, éducation, santé) permettant de vivre dignement, est devenue banale

  • où se fait jour un droit pour les pauvres et un droit pour les autres
  •  où il ne s’agit plus d’inégalités sociales « acceptables », mais où l’extrême pauvreté progresse comme le nombre des nantis dont certains voudraient transformer les victimes en coupables pour faire oublier leurs propres responsabilités
  •  où on gère maintenant la pauvreté au lieu de l’éradiquer
  •  où la solidarité n’est plus du rôle de l’Etat, mais est bradée au privé prestataire de service avec l’idée que chacun n’a qu’à se débrouiller et qu’après tout, l’inégalité, c’est naturel
  •  où l’emploi n’est plus une garantie contre la pauvreté
  •  où la protection des personnes reste principalement attachée au statut de salarié
  •  où la distribution alimentaire a augmenté de 30% en 2004
  •  où 1 million d’enfants pauvres vivent dans des familles pauvres sans que le sujet ne soit même abordé par la « conférence de la famille » 2005.
  •  où les politiques conduites aboutissent à faire peser sur chacun des plus faibles le poids d’une conjoncture néfaste et renvoient dans le non droit une partie de plus en plus importante de la population
  •  Où est l’incertitude ?

 Quand un ministre de l’intérieur peut, en ne provoquant quasiment aucune réaction, demander aux préfets de « résister aux pressions de tels ou tels collectifs associatifs ou coordinations qui ne représentent qu’eux-mêmes »

    

Où est l’incertitude ?

  Y a-t-il seulement à considérer que le contexte des politiques publiques est « incertain » ? A dire qu’il faut observer les réalités… ?

 Ou à dire que cette situation est certainement inacceptable et qu’il est temps de promouvoir la force du collectif et de la fraternité (notamment interassociative).

 A témoigner de l’existence d’initiatives de proximité, d’entraides, à appeler les associations à se mobiliser et à rassembler pour créer un plus vaste mouvement de soutien et de solidarité, notamment au sein de nos Fédérations.

 A dire aussi que si le « libéralisme dominant » désigne bien le capitalisme financier essayant de conquérir le monde en s’en prenant partout aux biens et services publics, aux fonctions collectives et maintenant à la plupart des financements associatifs et en transformant tout en marchandises, alors il n’est pas incertain qu’il soit compatible avec des valeurs de développement durable à long terme, avec les biens publics, avec l’intérêt général et la solidarité.

 Il est plutôt certain qu’il ne l’est pas !

  Et si l’avenir n’est pas incertain, il faut, avec vous et pour vous, formuler le vœu, même utopiste, que cette « nouvelle année » soit prélude à des changements et que des espérances d’amélioration, soient perspectives d’un monde meilleur où il fasse bon vivre pour enfants et familles.

 Qu’une meilleure année nous conduise à une société nouvelle et à « une soif d’absolu que ne saurait étancher le consumérisme moderne ».

 Libre propos.

 

 

Écrire un nouveau commentaire: (Cliquez ici)

123siteweb.fr
Caractères restants : 160
OK Envoi...
Voir tous les commentaires

Commentaires

19.04 | 09:47

Bonne idée, Monique. On va tâcher de le faire vite ! Martine

...
08.04 | 23:36

Très très esthétique et attirant.
Que le créateur puisse y ajouter quelques vues sur la journée de février, Pâques à Orgon serait un summum...

...
08.04 | 23:29

oh trop chouette zozios.
Merci pour la qualité de la page d'accueil
je crois que la transhumance sur Orgon va nous ressourcer

...
01.01 | 11:33

2016 La pastorale en rural tient tant au coeur du diocèse que Transhumances se voit contraint de "transhumer" en mendiant un toit de paroisse en paroisse.Merci.

...
Vous aimez cette page