D'accord, pas d'accord, dites-le nous !

Merci pour ce partage d’info.
sur une situation très proche de celle de ma region des Pouilles en Italie, 
Region des tomates  et des immigrant qui viennent d’Afrique.
Ils  sont  traités comme des esclaves. La retribution c’est 0,10 cent d’euro par caisse de tomate récoltée !
Giuseppe
 **********************************************************

Bonjour à tous ;

J'attendais un peu la position de Transhumances après avoir pris connaissance de la situation des travailleurs saisonniers à Maillane il y a plusieurs jours ; je vous remercie de rendre accessible ces informations ; bien que je sois bien mobilisée à cause du contexte pour mes dernières semaines d'activité professionnelle, je reste attentive et vous dis mon soutien, notamment à Jean Yves qui est toujours sur le front ; et ceux qui l'entourent. Je viens d'avoir Louis au téléphone ; ça fait du bien d'entendre un frère prêtre -Être- dans le réel...

Manifestation contre l'esclavage aux EU, à Paris...  après l'assassinat de Georges Floyd... et tout près  ?... est-ce que les articles dans les journaux seront les plus lus ...

Merci à vous... et à bientôt j'espère Monique

***********************************************************

Merci beaucoup de ces informations. J'espère que le procès pourra se faire. C'est déjà bien que la presse locale dénonce ces conditions de travail. Nous n'avons pas fini de nous battre pour des conditions de travail justes, des rémunérations justes et le prix juste pour les consommateurs.
Les fraises du marché de ste Foy-lès-Lyon proviennent du village de Thurins. Je suppose que c'est vrai. Je ne suis pas allée vérifier sur place…. par temps de confinement ils ont trouvé de la main d'oeuvre locale sans doute… et souvent familiale.
bises
 Marie-Thérèse
**********************************************************
 

Entendu en fin de confinement.

 

Deux producteurs de cultures maraichères et arboriculture ayant perdu leur personnel saisonnier durant les 3 mois de confinement (en particulier au moment de la récolte des fraises) ont embauché de jeunes hommes français pour y pallier, avec un salaire supérieur à celui des travailleurs étrangers habitués de l'entreprise.

L'un de ces nouveaux employés a déclaré forfait au bout de quelques jours, trouvant le travail trop pénible et est parti en tentant de dérober du matériel.

Les autres, qui s'étaient mis au travail avec efficacité, ont été surpris une nuit dans les serres. Durant la journée ils préparaient quelques caisses de fraises qu'ils venaient chercher de nuit pour les revendre à leur compte !

Moralité : l'an prochain ces deux producteurs disent qu'ils augmenteront très sensiblement les salaires de leurs saisonniers qui travaillent si bien !

Martine

**********************************************************

Merci de faire parvenir de telles horreurs en France , de quoi se révolter ....Je suis très triste pour ses travailleurs  esclaves sur notre sol français
Louis Rouve m'a mis un peu au courant ce après-midi par téléphone. Mais lisant le tout  sur internet j'en suis, je vous assure, bouleversée.
Bon courage à ceux qui luttent pour un monde humain
Bien avec vous par la pensée.
Pour ma part  je vis un passage ... nous fermons notre maison ici en août donc re-changement  pour le Gers (100km d'ici).
                                                                                              Alice

*******************************************************

A quelque chose malheur est bon...

 

Ce tire peut vous paraitre paradoxal, mais je m'explique:

Cela doit faire 10 ans que JY nous a détaillé les conditions de travail de ces esclaves des temps modernes vivant sous nos yeux d'aveugles.

Dans mon milieu professionnel (de haut niveau technologique) Il m'est arrivé d'en parler à des collègues à plusieurs reprises, et la plupart du temps j'étais considéré comme un affabulateur, au mieux comme exagérant  franchement. Personne ne voulait croire cela…

Avant-hier j'ai eu de nouveau l'occasion d'aborder ce sujet, partant des cas de COVID apparus dans la région: Pour la 1ère fois, j'ai eu des interlocuteurs acceptant d'entendre ce que je leur disais.

Il faut une menace comme le COVID pour faire ouvrir les yeux…

 

Vincent

 

 

Vis le jour d’aujourd’hui, Dieu te le donne, il est à toi.

Vis le en Lui.

 

Le jour de demain est à Dieu Il ne t’appartient pas.

Ne porte pas sur demain le souci d’aujourd’hui.

Demain est à Dieu, remets le lui.

 

Le moment présent est une frêle passerelle.

Si tu le charges des regrets d’hier, de l’inquiétude de demain, la passerelle cède et tu perds pied.

 

Le passé ? Dieu le pardonne. L’avenir ? Dieu le donne.

Vis le jour d’aujourd’hui en communion avec Lui.

Et s'il y a lieu de t'inquiéter pour un être aimé,

regarde-le dans la lumière du Christ ressuscité.

 

Sœur Odette Prévost petite sœur de Charles de Foucault

assassinée en Algérie le 10 novembre 1995

 

Je crois en Dieu,

Je crois en l’Homme,

Je crois en Dieu qui donne la vie, qui aime chaque personne, qui espère en l’Homme,

Je crois en l’Homme, fragile, capable d’aimer, capable de donner la vie,

Je crois que Jésus le Christ, Dieu parmi les hommes et les femmes est venu nous confirmer la présence de l’Esprit Saint au cœur de l’Homme,

Je crois que l’Esprit Saint est à l’œuvre au cœur de tout homme, de toute femme de bonne volonté,

Je crois que la vraie puissance de Dieu c’est l’Amour, Dieu est Amour,

Je crois que l’homme et la femme sont invités à recevoir et à vivre la toute puissance de l’Amour,

Je crois que l’homme et la femme sont invités à se convertir à la toute puissance de l’Amour,

Je crois que la Parole, le dialogue, ouvrent à une co-naissance,

Je crois que la con-fiance, la foi en l’autre, permet d’ouvrir des chemins, d’envisager un avenir,

Je crois que l’espérance permet de mettre en œuvre la vie, les dons qui nous sont confiés et de se tenir debout, aujourd’hui, au pied de la croix des hommes et des femmes, au pied de la croix de Dieu,

Je crois que l’homme et la femme se réalisent en constituant un peuple,

Je crois en l’Eglise au service de la Parole, Bonne Nouvelle pour tout homme, toute femme,

Je crois en l’Eglise au service des hommes et des femmes, humaine et fragile,

Je crois que l’Eglise est appelée à célébrer le sacrement de l’Amour reçu et offert, le sacrement du don offert :

« … alliance nouvelle et éternelle offert pour vous et pour la multitude … »,

Je crois que l’unité nait de l’expression des différences, de la mise en valeur des dons différents confiés par Dieu à chacun,

Je crois que la communion est appelée à naitre lorsque nous sommes au service de la justice et de la paix.

Je crois en la beauté.

Participation au débat de société à partir des questions lancées par les évêques de France*.

Notes prises au cours de la discussion.

 

Sénas, 17 février 2019

Quelles sont selon vous, en essayant de les hiérarchiser, les causes principales du malaise actuel et des formes violentes qu’il a prises ?

Le démarrage du mouvement:

Une cause première -si pas la plus importante  : augmentation du coût de l'essence et du diesel pénalisant ceux qui ont besoin de leur voiture pour aller travailler.

Le fait que la nouvelle taxe rapportera largement autant au gouvernement qu'à la transition écologique malgré les dires du gouvernement.

La Pétition diffusée à grande vitesse par les réseaux sociaux et « change.org » : 1 million de signatures

 

Puis une accumulation :

Limitation de vitesse à 80 km/h sur les routes.

Hausse de la CSG.

La suppression de l'I.S.F.

Fermeture des services de proximité

La peur de l'avenir : nous vivons une période de civilisation sans boussole. Les progrès technologiques provoquent de la peur. On ne sait plus vers quoi nous allons, vers quoi iront nos enfants.

"Si on n'arrive pas à s'exprimer ou si l'on n'arrive pas à être entendu, on a envie de casser du flic, on erre des deux côtés. [...] Les gens sont dans la rue parce qu'ils sont inquiets, mais ils ne savent pas où taper, on ne sait pas où taper, on ne sait pas qui sont les ennemis et les amis".(Bruno Latour, sociologue)

 

Les injustices sociales :

Ecarts des salaires, des retraites, impunité pour ceux qui font du profit et investissent dans des paradis fiscaux...

Injustice entre les différents niveaux de vie, entre ceux qui ont le pouvoir et ceux qui ne l'ont pas, de ceux qui ont la parole et de ceux qui ne l'ont pas...

Injustice de la disparité entre villes et campagnes :"On en a assez d'être pris pour des ploucs".

 

La consommation.

Le taux d'endettement est élevé, les crédits faciles à obtenir même avec de faibles revenus.

Plus profondément : la croyance qu'il faut avoir pour réussir.

 

Rôle de l'éducation :

Le projet de société en France est-il faussé par une carence dans l'éducation à l'école et en famille ?

Les enfants n'apprennent pas assez à s'exprimer, à acquérir du sens critique.

Si on apprend dès l'enfance que la réussite scolaire, puis professionnelle est régie par la compétition, qu'il faut être le premier, écraser les autres, on ne doit pas s'étonner du développement des rancœurs.

De même pour le racisme et le peu de considération pour les minorités.

 

Rôle des réseaux sociaux :

La communication y est efficace, touche vite et le plus grand nombre.

Mais elle est vide, déprimante, elle ne s'adresse à personne ...

Or ils sont peut-être devenus une école parallèle.

Les leaders des Gilets Jaunes les maitrisent parfaitement, même s'ils n'ont qu'un petit bagage intellectuel.

 

Rôle des médias.

 

Rôle des institutions.

Pas de prise en compte, par les gouvernants, de la parole de "la base", même si nous sommes dans une démocratie qui permet cette parole.

Nous vivons en démocratie, mais le pouvoir n'appartient pas au peuple aujourd'hui. (Démocratie représentative et non directe).

Méconnaissance des institutions et de leur évolution. Se tenir au courant est un devoir citoyen.

 

Le gouvernement Macron.

Le gouvernement avec E. Macron devient une oligarchie. Mais les Gilets Jaunes aussi !

Le gouvernement ne prête aucune écoute aux partenaires sociaux (Laurent Berger CFDT s''est pourtant proposé).

"Ni notre gouvernement n'est capable d'écouter ce qui se passe, ni les Gilets Jaunes ne savent ce qu'ils veulent".(Bruno Latour, sociologue)

 

Les réformes faites en début de mandat l'ont été sans une vraie opposition.

La façon dont E. Macron est parvenu au pouvoir, seul, (sans parti politique) implique qu'il soit mis en cause.

Parmi les députés REM il y a très peu de classes populaires.

 

Le gouvernement demande du civisme aux Gilets Jaunes, mais pas aux "riches" quand ils pratiquent la fuite des capitaux.

 

Il y a trop de normes en France, trop de règles, trop de pressions (Les prix, le logement, le travail, les horaires, l'accès aux services, jusqu'à la tété-surveillance en ville...

 

Mais la France n'est pas un pays homogène. Il est difficile de contenter tout le monde. La liberté veut que chacun voit son intérêt.

 

Profil des personnes : petits salaires, fins de mois difficiles, logements petits, éloignement des services publics, déserts médicaux...Mais peu de Jeunes.

 

Des familles (aux alentours de 40 ans) qui ont trop de charges : enfants, parents (quelquefois grands-parents) pour un salaire moyen.

 

La diversité des catégories socio-culturelles représentées sur les rond-point montre aussi que le malaise est plus profond que la seule dimension économique.

 

Les aides sociales ont rendu les gens assistés ; cela les empêche d'innover, d'imaginer des propositions pour s'en sortir ...

 

Des gens retraités depuis peu, et qui ne peuvent maintenir un train de vie coûteux.

Manque de remise en cause, manque de volonté d'entraide, de bénévolat.

 

Ces personnes ne font confiance à aucune institution : ne sont pas engagées, ni dans un parti, ni dans un syndicat, certains ne veulent pas voter.

« Leur préoccupation semble plus les fins de mois que la fin du monde ».

D'ailleurs il existe depuis longtemps des injustices en France et ailleurs. Des mouvements ont cherché et cherchent à mobiliser pour les faire tomber (Syndicats, CCFD, ATD...). Les Gilets Jaunes ne semblent pas le savoir. C'est gênant.

 

Les plus démunis, les sans-voix ne font pas partie de la population des rond-point.

 

Remèdes

Comment nourrir l'espace entre deux élections ?

Le citoyen doit se sentir utile, exercer un pouvoir à son niveau, être entendu.

Il existe des moyens de faire vivre une démocratie participative dans une commune et certaines le font (Commission extra-municipales, Comité de quartiers...) Comment faire remonter cette richesse au niveau national ?

La gestion des affaires publiques n'est pas simple et demande du travail. Il est plus confortable de la confier  à des "experts" élus. Mais le retour à une certaine gestion commune dans les villages rendrait les habitants plus responsables.

 

Le mouvement des Gilets Jaunes résumé par un Camerounais :

La France a vécu sur le dos de l'Afrique. Maintenant l'Afrique le sait. Le gouvernement n'a pas le choix : il doit augmenter les impôts pour survivre !

 

*https://eglise.catholique.fr/conference-des-eveques-de-france/textes-et-declarations/468109-appel-aux-catholiques-de-france-a-nos-concitoyens/

Commentaires

14.06 | 07:34

Bonjour à tous. Les commentaires de ce Blog sont limités à 160 caractères. Pour donner votre avis plus longuement, envoyez un mail à : transhumances13@gmail.com

...
13.06 | 07:16

mmo po

...
06.04 | 12:01

Merci

...
14.01 | 15:14

Oui, Marie-Thérèse, ii y en aura.
Bonne journée

...