Points de vue

La conférence est accessible ici : 

https://www.youtube.com/watch?v=qNMdSbZxDuw

 

Conférence de Christophe Theobald

Christophe Theobald est théologien. Dans cete conférence il aborde avec hauteur la crise de L’Eglise pour donner une réflexion de fond sur l’essentiel.  

- « S’interesser de façon désintéressée à la vie des gens... et pas seulement à la naissance et à la mort »

- « Se reconnaître avec joie Église de la diaspora « 

- « être Missionnaire c’est se laisser accueillir par l’autre où Dieu nous précède »

C’est un peu difficile parfois, mais il va à l’essentiel.

 

Voici le lien pour l'écouter (c'est un enregistrement audio): 

https://soundcloud.com/ucly/conference-laics-et-clercs-en-synodalite-ensemble-responsable-de-leglise-c-theobald?in=ucly/sets/institut-pastoral-detudes

 

(Merci à Madeleine pour ce lien)

Aller à la racine, urgence et nécessité.

Un texte de Jean-Luc Lecat suite à l'assemblée des évêques à Lourdes, sur le pouvoir dans l'Eglise

A lire sur le (très bon) site de "Garrigues et sentiers" :

http://www.garriguesetsentiers.org/2021/11/aller-a-la-racine-urgence-et-necessite.html?utm_source=_ob_email&utm_medium=_ob_notification&utm_campaign=_ob_pushmail

 

Pour une déclerisation radicale

« Le rapport Sauvé, sans le dire explicitement, appelle à une révolution copernicienne de l'Église »

Si le célibat a renforcé la figure de l'évêque et du prêtre, il n'est en rien la clé de voûte du système clérical. Aussi, autoriser le mariage des prêtres ou l'accession des femmes à la prêtrise n'apportera aucun changement profond, estime Jacques Musset, ancien aumônier et essayiste, dans une tribune au «Monde».

Le 21 octobre, Danièle Hervieu-Léger, dont j'apprécie beaucoup les ouvrages, écrivait ici même que le célibat des prêtres était la clé de voûte du système clérical. Je préférerais  « qu'il n'en est qu'une des manifestations éclatantes », ce qui est très différent. En effet, ce système est né antérieurement à l'imposition du célibat chez les évêques et les prêtres. Il incluait déjà l'organisation cléricale de l'Église et sa doctrine dogmatique officielle, les deux étant intrinsèquement liées.

Le système clérical est apparu vers la moitié du II siècle de notre ère. Jusqu’alors, l’animation des communautés chrétiennes se faisait d’une manière collégiale par les presbytres (étymologiquement les anciens ou les anciennes, au sens de sages) et les épiscopes (des gens chargés de vérifier le bon fonctionnement communautaire). À ces deux fonctions, on était désigné par les membres de la communauté. Au II siècle, cette animation a été accaparée par une seule personne masculine : un épiscope. Ainsi est né l’épiscopat monarchique, tel qu’il existe toujours dans le catholicisme et l’orthodoxie.

Verrouillage datant du concile de Trente

Ces épiscopes (évêques), désormais chefs des communautés, ont pensé leur responsabilité à l’image du sacerdoce juif. Ils l’ont sacralisé et justifié en faisant appel à des textes évangéliques lus de manière littérale (Matthieu 16, 17-20 ; 18, 15-18, 28, 18-20 ; Luc 22, 14 ; Jean 20, 22-23) et interprétés comme une mission reçue de Jésus ressuscité lui-même, confiée d’abord aux apôtres puis à leurs successeurs, les évêques.

Or, nous savons très bien par les recherches exégétiques que ces textes ne sont pas des récits à prétention historique et qu’ils ne fondent pas un régime hiérarchique dans les communautés chrétiennes introduisant la division clercs-laïques, les premiers disposant de tous les pouvoirs, les seconds ayant pour vocation de leur obéir en tout dans le domaine de leur vie spirituelle.

Ce n’est pas tout. Les évêques, en définissant la vraie foi chrétienne aux IV et V siècles dans les premiers conciles et en l’imposant dans toute l’Église au sein de l’Empire romain, qui l’a adopté à la fin du IV siècle comme religion officielle, bouclaient la boucle dans l’appropriation par l’épiscopat monarchique des trois pouvoirs exclusifs, tous sacralisés : l’enseignement et l’interprétation de la vraie foi, la présidence de l’eucharistie valide (puis des sacrements), le pouvoir de gouvernement et de coercition. L’imposition du célibat est venue ensuite par paliers successifs, et le verrouillage s’est terminé au concile de Trente, au XVI siècle.

Si le célibat a renforcé la figure de l’évêque et du prêtre comme personnage sacré, détenant des pouvoirs venant du Christ et de Dieu et intermédiaire obligé entre le ciel et les fidèles, il n’est ainsi pas la clé de voûte du système clérical, dont les éléments essentiels en précèdent l’apparition et la justification. En supposant que Rome autorise aujourd’hui le mariage des prêtres masculins et admette que les femmes peuvent désormais accéder à la prêtrise, rien ne serait changé fondamentalement dans le système, sinon que ce serait pour lui une chance supplémentaire de perdurer.

 

Réappropriation du témoignage de Jésus

En conséquence, la rénovation en profondeur du système catholique, tout à la fois clérical et dogmatique, passe par la nécessité de tout remettre à plat de l’existant. Les protestants ont fait la moitié du chemin à la Réforme, au XVI siècle, en abolissant le système clérical hiérarchique, mais en conservant le système dogmatique. Aujourd’hui, dans bien des Églises protestante et anglicane, un cheminement continue de se faire concernant l’abandon de la doctrine dogmatique figée au profit d’une réappropriation et de l’actualisation à nouveaux frais du témoignage de Jésus dans la modernité de notre temps.

Deux figures parmi d’autres sont emblématiques de cette démarche. L’une anglicane,

John Shelby Spong (1931-2021), un ancien évêque américain dont plusieurs livres, faciles d’accès, ont été traduits en français, notamment celui résumant sa démarche : Pour un christianisme d’avenir (Karthala, 2019). L’autre catholique, Joseph Moingt (1915- 2020), dont le dernier ouvrage testamentaire, L’Esprit du christianisme (Temps présent, 2018), introduit une décantation salutaire du catholicisme clérical et dogmatique démontrant par exemple qu’il n’est pas possible honnêtement de faire découler des textes évangéliques la doctrine officielle catholique. Sans qu’on lui jette officiellement l’anathème, il est plutôt regardé de travers dans sa propre Église. Si son livre peut être de lecture laborieuse pour certains, ses autres publications, rassemblant ses conférences, donnent une idée de la pertinence de sa pensée et de son courage.

Ce à quoi appelle le rapport Sauvé, sans le dire explicitement, c’est donc à une révolution copernicienne. Aura-t-on le courage de l’entreprendre ? Telle pourrait être la conclusion et l’encouragement du Synode romain sur la synodalité ! Mais j’en doute fort !

 nsae.fr Par Jacques Musset

 

Source :

https://www.lemonde.fr/idees/article/2021/11/04/lerapport-sauve-sans-le-dire-explicitement-appelle-aune-revolution-copernicienne-de-leglise_6100877_3232.html

 

Pédocriminalité dans l’Eglise : retrouvez les tribunes parues dans « Le Monde »

 

Lettre ouverte aux Évêques de France de la CCBF.

Conférence Catholique des Baptisés Francophones.

Lettre du 25 octobre 2021

Elle souligne "le lien étroit et indissociable entre le rapport de la CIASE, les conditions de la préparation du synode sur la synodalité en France et le travail des évêques de l’Église universelle à Rome. [Ceci pour]  passer d’une culture cléricale (culture de l’entre soi et de l’auto-référencement) à une culture étendue de la synodalité « en disant non, de façon catégorique, à toute forme de cléricalisme »

(Lettre du pape François au peuple de Dieu – 20 août 2018). La préparation du synode des évêques sur la synodalité est donc une opportunité à saisir d’urgence pour traiter ensemble abus de toutes sortes et gouvernance de manière cohérente."

A lire ici : https://ahp.li/9f794f6c283c2293fff9.pdf

 

Synode sur la synodalité : « Il n’y a pas d’alternative pour l’Église et le monde d’aujourd’hui »

Écrire un nouveau commentaire: (Cliquez ici)

123siteweb.fr
Caractères restants : 160
OK Envoi...
Voir tous les commentaires

Commentaires

23.04 | 14:58

Je vois que les conditions de travail se dégradent partout. Et le tourisme, les artistes, etc... La pandémie a fermé la bouche aux gilets jaunes... qui avai

...
16.04 | 16:27

Merci, Mireille : quel plaisir de recueillir une réaction à la lecture du site.

...
13.04 | 19:35

Magnifique méditation avec Marie, Art Symbole Musique.
C'est une mine!

...
27.02 | 10:56

Merci de votre remarque sur notre manque de vigilance : nous allons faire le nécessaire à l'avenir.

...
Vous aimez cette page