Chemin de carême

Entrer en carême

Entrer en carême, c’est ouvrir sa porte

Et réapprendre à bouger,

A se déplacer, à vivre.

C’est refuser de rester figé dans ses positions

ses dogmes ou ses certitudes absolues.

Entrer en carême, c’est aussi changer de cap.

Mettre le cap sur Dieu

En se laissant déranger

Par les coutumes des autres, leurs idées,

Leurs habitudes, leurs langues.

Entrer en carême,

C’est aussi se mettre à l’écoute de la Parole,

Celle qui, au milieu des bavardages,

Nous touche au cœur et nous arrache

Un geste de pardon, d’amour ou de paix.

Entrer en carême, c’est se mettre à l’écoute

De la réussite de Dieu,

Celle qui accepte la blessure,

Celle qui ne profite pas de l’échec du faible,

Celle qui n’exploite pas la naïveté

Ou la sueur du faible.

Entrer en carême,

C’est se mettre à l’écoute de l’amour de Dieu.

Un amour qui vous apprend à lire autrement,

A parler, à partager, à se rencontrer autrement.

 

Site de la Conférence des Evêques de France

Voici le chemin

Se délester du superflu...

Un chemin pour le Carême : se délester du superflu, se rendre disponible et avancer joyeusement vers Pâques

Faites le tour de vos objets et possessions diverses. Si vous ne vous êtes pas servis de quelque chose sur une année, c’est que cela ne vous est pas fondamentalement nécessaire. Cela encombre inutilement votre espace, vos stocks.

Dans sa lettre sur l’écologie Laudato si, le pape François reprenait cette critique à son compte. Il appelait, dans l’esprit très franciscain de pauvreté choisie, à se débarrasser du superflu, à investir dans le durable.

«La spiritualité chrétienne propose une croissance par la sobriété, et une capacité de jouir avec peu. C’est un retour à la simplicité qui nous permet de nous arrêter pour apprécier ce qui est petit, pour remercier des possibilités que la vie offre, sans nous attacher à ce que nous avons ni nous attrister de ce que nous ne possédons pas. Cela suppose d’éviter la dynamique de la domination et de la simple accumulation de plaisirs.» (n° 222)

La sobriété heureuse est donc une modération choisie, une simplification volontaire de son style de vie qui permet de retrouver une joie de communion avec la nature. Cette autolimitation touche notre consommation courante, mais également les moyens de production mis en œuvre.

 

Utopie ? Peut-être,

«Aucune personne ne peut mûrir dans une sobriété heureuse, sans être en paix avec elle-même » Pape François

«La sobriété heureuse en mode Jésus !»

Tout recommence en Jésus-Christ

Écrire un nouveau commentaire: (Cliquez ici)

123siteweb.fr
Caractères restants : 160
OK Envoi...
Voir tous les commentaires

Commentaires

14.06 | 07:34

Bonjour à tous. Les commentaires de ce Blog sont limités à 160 caractères. Pour donner votre avis plus longuement, envoyez un mail à : transhumances13@gmail.com

...
13.06 | 07:16

mmo po

...
06.04 | 12:01

Merci

...
14.01 | 15:14

Oui, Marie-Thérèse, ii y en aura.
Bonne journée

...
Vous aimez cette page