Chemin de carême

4ème dimanche de Carême

Les « messies » qu’on n’attendait pas…

L’Israël biblique nourrissait des attentes diverses au sujet du Messie : un roi, un libérateur politique, un chef spirituel. Mais Dieu choisit un roi étranger pour libérer son peuple exilé et autoriser la reconstruction du Temple. Et le Messie qu’est Jésus instaure un royaume aux couleurs de l’amour de Dieu pour le monde.

Ci-contre : 

(Christ et Nicodème, Crijn Hendricksz VOLMARIJN 1604-1645)

 

****************************************

3ème dimanche de Carême

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

Comme la Pâque juive était proche, Jésus monta à Jérusalem.

Dans le Temple, il trouva installés les marchands de bœufs, de brebis et de colombes, et les changeurs. Il fit un fouet avec des cordes, et les chassa tous du Temple, ainsi que les brebis et les bœufs ; il jeta par terre la monnaie des changeurs, renversa leurs comptoirs, et dit aux marchands de colombes : « Enlevez cela d’ici. Cessez de faire de la maison de mon Père une maison de commerce. »

Ses disciples se rappelèrent qu’il est écrit : L’amour de ta maison fera mon tourment. Des Juifs l’interpellèrent : « Quel signe peux-tu
nous donner pour agir ainsi ? » Jésus leur répondit : « Détruisez ce sanctuaire, et en trois jours je le relèverai. » Les Juifs lui répliquèrent : « Il a fallu quarante-six ans pour bâtir ce sanctuaire, et toi, en trois jours tu le relèverais ! » Mais lui parlait du sanctuaire de son corps.

Aussi, quand il se réveilla d’entre les morts, ses disciples se rappelèrent qu’il avait dit cela ; ils crurent à l’Écriture et à la parole que Jésus avait dite.

Pendant qu’il était à Jérusalem pour la fête de la Pâque, beaucoup crurent en son nom, à la vue des signes qu’il accomplissait. Jésus, lui, ne se fiait pas à eux, parce qu’il les connaissait tous et n’avait besoin d’aucun témoignage sur l’homme ; lui-même, en effet, connaissait ce qu’il y a dans l’homme

 

Le Christ chassant les marchands du Temple Chapelle Scrovegni Padoue Giotto (1267-1337) Entre 1303 et 1305
2ème semaine de carême. Un chant : "Nous sommes le peuple"
Paroles et musique : Patrick Richard

Nous sommes le peuple de la longue marche

 

Refrain

Nous sommes le peuple de la longue marche

Peuple des chrétiens, peuple de frères

Nous sommes le peuple de la nouvelle alliance

Un peuple appelé à la liberté.

 

Nous continuons la caravane

Des peuples de la longue nuit

Derrière notre père Abraham

Guidés par le vent de l'esprit.

REFRAIN

La mer a été traversée

Moïse a sauvé tout son peuple

La mort a été renversée

Christ nous donne la liberté

REFRAIN

Les boîteux rentrent dans la danse

Les lépreux ont été guéris

Les muets chantent l'espérance

Les morts-vivants reprennent vie !

REFRAIN

Peuples chantez vos louanges

Chantez un cantique nouveau

Chantez un cantique des anges

Bâtisseurs d'un monde nouveau

 

 

Entrer en carême

Entrer en carême, c’est ouvrir sa porte

Et réapprendre à bouger,

A se déplacer, à vivre.

C’est refuser de rester figé dans ses positions

ses dogmes ou ses certitudes absolues.

Entrer en carême, c’est aussi changer de cap.

Mettre le cap sur Dieu

En se laissant déranger

Par les coutumes des autres, leurs idées,

Leurs habitudes, leurs langues.

Entrer en carême,

C’est aussi se mettre à l’écoute de la Parole,

Celle qui, au milieu des bavardages,

Nous touche au cœur et nous arrache

Un geste de pardon, d’amour ou de paix.

Entrer en carême, c’est se mettre à l’écoute

De la réussite de Dieu,

Celle qui accepte la blessure,

Celle qui ne profite pas de l’échec du faible,

Celle qui n’exploite pas la naïveté

Ou la sueur du faible.

Entrer en carême,

C’est se mettre à l’écoute de l’amour de Dieu.

Un amour qui vous apprend à lire autrement,

A parler, à partager, à se rencontrer autrement.

 

Site de la Conférence des Evêques de France

Voici le chemin

Se délester du superflu...

Un chemin pour le Carême : se délester du superflu, se rendre disponible et avancer joyeusement vers Pâques

Faites le tour de vos objets et possessions diverses. Si vous ne vous êtes pas servis de quelque chose sur une année, c’est que cela ne vous est pas fondamentalement nécessaire. Cela encombre inutilement votre espace, vos stocks.

Dans sa lettre sur l’écologie Laudato si, le pape François reprenait cette critique à son compte. Il appelait, dans l’esprit très franciscain de pauvreté choisie, à se débarrasser du superflu, à investir dans le durable.

«La spiritualité chrétienne propose une croissance par la sobriété, et une capacité de jouir avec peu. C’est un retour à la simplicité qui nous permet de nous arrêter pour apprécier ce qui est petit, pour remercier des possibilités que la vie offre, sans nous attacher à ce que nous avons ni nous attrister de ce que nous ne possédons pas. Cela suppose d’éviter la dynamique de la domination et de la simple accumulation de plaisirs.» (n° 222)

La sobriété heureuse est donc une modération choisie, une simplification volontaire de son style de vie qui permet de retrouver une joie de communion avec la nature. Cette autolimitation touche notre consommation courante, mais également les moyens de production mis en œuvre.

 

Utopie ? Peut-être,

«Aucune personne ne peut mûrir dans une sobriété heureuse, sans être en paix avec elle-même » Pape François

«La sobriété heureuse en mode Jésus !»

Tout recommence en Jésus-Christ

Écrire un nouveau commentaire: (Cliquez ici)

123siteweb.fr
Caractères restants : 160
OK Envoi...
Voir tous les commentaires

Commentaires

23.04 | 14:58

Je vois que les conditions de travail se dégradent partout. Et le tourisme, les artistes, etc... La pandémie a fermé la bouche aux gilets jaunes... qui avai

...
16.04 | 16:27

Merci, Mireille : quel plaisir de recueillir une réaction à la lecture du site.

...
13.04 | 19:35

Magnifique méditation avec Marie, Art Symbole Musique.
C'est une mine!

...
27.02 | 10:56

Merci de votre remarque sur notre manque de vigilance : nous allons faire le nécessaire à l'avenir.

...
Vous aimez cette page